[A.K., Verso]
« Des souvenirs d’enfance et d’adolescence à l’époque de Piaf et des Tractions Citroën. Ce pourrait être banal, ça ne l’est pas, elle sait créer le mystère autour d’un rien dans de longues phrases qui ne sont pas proustiennes. »


[Noëlle Blanchard, Le Courrier Picard]
« “Convaincue qu’il existe un lien entre l’écriture et la couture, j’ai voulu voir jusqu’où je pouvais aller.” Dans un style simple et fluide, Françoise Gérard relate dans ce premier roman le quotidien d’une fillette auprès de sa mère couturière. […] La femme assemble les bouts de tissus, sa fille met bout à bout des morceaux de vie pour tisser ce portrait attachant d’une mère et de son rêve inachevé. »