[A.-M.R. et M.-T.D., L’hebdo des notes bibliographiques]
« L’auteur, tel ce promeneur solitaire, a le charme de l’observateur calme et discret, qui perçoit les moindres détails de la végétation, des pierres, attentif surtout aux couples qu’il invente, ce qu’il perçoit de leur relation?; regards ou brèves paroles échangés, hésitations, rencontres éphémères, celles qui auraient pu se faire mais ne se font pas. Sous la légèreté d’une vision impressionniste transparaît de l’humour, une certaine cruauté aussi. La poésie de l’écriture est à l’image d’une douce journée où se frôlent sur la colline de Vézelay des êtres et des destins. La vie, avec ce qu’elle a de sublime, de fragile, de hasards heureux ou tragiques.?»