Un extrait du livre
L'auteur
Commander
20 €

 

ISBN 978-2-913904-52-1 | 21 x 30 cm | 24 p.

Tirage limité, disponible seulement sur le site.


Je suis né à l’hôpital Beaujon, à Clichy-sous-Bois, un an après la fin de la Deuxième Guerre mondiale. C’est dire que ma vie est marquée par la joie de vivre qui éclate après ces terribles années, par le désespoir qui naît des horreurs qu’on découvre à ce moment, et par l’angoisse de mes parents, qui ont vécu quatre ans dans la peur.
J’ai commencé à peindre très jeune. La première huile que j’ai faite, à onze ans, est une toile qui représente la Sainte Victoire depuis les terres rouges de Baurecueil, où j’ai passé plusieurs années de suite mes vacances de Pâques.
Devant le goût que je manifeste pour la peinture, et une certaine habileté, mon père m’inscrit à l’Atelier des moins de quinze ans au musée des Arts décoratifs. Très vite, je serai orienté sur l’atelier de modelage, où je fais preuve d’un certain talent. Mais j’aurais voulu continuer à peindre.
Je pratiquerai la sculpture encore longtemps. Comme assistant de Valentine Schlégel, céramiste et sculpteur, comme enseignant aux Beaux-Arts de Paris dans les années soixante-dix. Mais en 72, après une bouffée délirante, je deviens fou. Je veux dire que je connaîtrai vingt ans d’errance, de misère, et d’hospitalisations diverses.
Les choses iront mieux pour moi au début des années 90. Je retrouve un atelier où je reprends mes recherches picturales de façon continue. En même temps je poursuis des études de lettres à l’Université. En 2003, je m’installe à la campagne, où je vis et je travaille aujourd’hui.
J’ai notamment exposé à l’espace Concept, à Villejuif, dans la galerie Trafic, à Ivry-sur-Seine, et aux Ateliers de la vis sans fin, à Sainte-Anne-la-Palud.

— Francis Bérezné, 2009

Francis Bérezné s’est suicidé le 17 octobre 2010.