Tous les eBooks sont disponibles aux formats ePub et pdf

Un extrait du livre
L'auteur
Extraits de presse
Commander
12 €

 

10 €
ISBN 978-2-913904-23-1 | 13,5 x 20 | 96 p.

De sa fenêtre une sentinelle insomniaque, poète sans le dire, guette la rue. Sa rue. Chaque jour, au rythme des quatre saisons, il délivre ce qu’il nomme « fadaises », un dire-bref, quelques lignes, peu de mots, à propos des tramways qui ferraillent, des commerces, des passantes, des fenêtres éclairées, des voisins qui observent à leur tour… Un théâtre animé, changeant au gré des coups de vent, des feuilles mortes, de la neige et des nuages fuyants. Un trait âpre et juste qui embellit ou surprend et fait rêver.

17 juillet
L’Austin noire garée tous les soirs sous la fenêtre appartient, je le sais à présent, à une dame aux cheveux orange, coiffée d’une crête. Ses talons claquent du bec.
15 octobre
La neige, cette nuit, a approché Belledonne, vague immature, échouée sur la rondeur des collines.
26 décembre
L’on entend hurler les tôles du froid. Accrochées par des pinces grises aux gouttières, elles tiennent, meurtries.

Un extrait du livre
L'auteur
Extraits de presse
Commander
10,50 €

 

10 €
ISBN 978-2-913904-05-7 | 13,5 x 20 | 96 p.

Certes, Gandebeuf doit être rangé dans un classeur à part.
Entre Laforgue et Prévert, entre Complaintes et Paroles… Du côté de Queneau. Les rêves de Gandebeuf ont de multiples facettes. Ils sont cocasses ou (et) tendres, co(s) miques et (ou) quotidiens, désespérés ou apaisés.

«…par vingt degrés/de lassitude sud/là où/la sciure du mot/ par une délicate attention/exprime son édifiante misère. »

Un extrait du livre
L'auteur
Extraits de presse
Commander
12 €

 

10 €
ISBN 978-2-913904-26-2 | 13,5 x 20 | 106 p.

Insatiable conteur de la houle et du ressac, Jean-Pierre Gandebeuf contemple à pleines journées la lumière, «d’ailleurs, le jour voyage vite». Pour notre plaisir et pour le sien, il se fait chantre de tout ce qui anime les vastes étendues d’eau changeantes
J’attends que la mer devienne bleue et mince comme du papier
«Ce sera mon meilleur atelier pour chanter l’aube au printemps.»

De Cassis à Porquerolles, de Tanger à Roscoff, son siège social c’est «le ventre des calanques où dorment les galets». Cet ancien journaliste du Dauphiné Libéré est devenu le griot du «peuple majestueux des amers».